spot_img
mer 24 juillet 2024

Tel/WhatsApp : +226 55 53 93 22 | info@channelinfo.bf

spot_img
spot_img

CRISE SÉCURITAIRE : « Cette crise ne doit pas être vue uniquement sous l’angle militaire » Pr AUGUSTIN LOADA

CRISE SÉCURITAIRE : « Cette crise ne doit pas être vue uniquement sous l’angle militaire » Pr AUGUSTIN LOADA

Le centre pour la Gouvernance Démocratique a initié comme à l’accoutumée un dialogue démocratique autour du thème : « Pourquoi des Burkinabé prennent des armes contre des Burkinabés » le samedi 11 juin 2022 à Ouagadougou.

Cette activité avait pour but de mener des réflexions afin de trouver des solutions de sortir de crise du Burkina Faso.

Pour ce faire trois pénalistes ont été invités sur la table qui sont le professeur Augustin LOADA, le journaliste d’investigation Atiana Der OULON et le magistrat Antoine KABORE.

Il est ressorti dans les communications que ceux qui sèment la terreur et la désolation au sein des populations sont majoritairement des Burkinabé, d’où la pertinence du thème.

Selon le PR LOADA, la dissolution du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) a affaibli la capacité de riposte militaire du gouvernement à faire face aux armées terroristes, selon lui la crise sécuritaire au Burkina Faso n’est pas surprenante et ne devrait pas être vue uniquement sous l’angle militaire.

Quant au directeur exécutif du CGD Thomas OUEDRAOGO, cette problématique a été posée sur la situation sécuritaire parce que des Burkinabés attaquent d’autres burkinabés parce qu’initialement, la question terroriste a été conçue comme une question exogène, aujourd’hui, on se rend compte que c’est une affaire beaucoup plus interne.

« Notre objectif est de donner suffisamment d’informations pour mieux cerner, mieux comprendre et mieux adresser le problème du terrorisme au Burkina Faso qui est comme un serpent de mer ; on ne sait pas par quel bout le tenir » a déclaré le directeur exécutif du CGD qui ajoute que des recommandations seront adressées à qui de droit et organiseront suffisamment de publicités pour engager les Burkinabés sur la lutte contre le phénomène.

spot_img

Autres Articles