spot_img
mar 23 juillet 2024

Tel/WhatsApp : +226 55 53 93 22 | info@channelinfo.bf

spot_img
spot_img

Communiqué commun du Burkina Faso, de la République du Mali et de la République du Niger

Désireux de parvenir à l’intégration entre les États de la sous-région et exhorté par les idéaux de fraternité, de solidarité, de soutien mutuel, de paix et de développement, leurs Excellences – Général Aboubacar Sangoulé Lamizana, Général Moussa Traoré et Lieutenant-colonel Seyni Kountché – respectivement Chefs d’État de Haute-Volta (maintenant Burkina Faso), Mali et Niger, créés- avec douze (12) de leurs pairs- le 28 mai 1975, à Lagos, Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

49 ans plus tard, les dévoués du Burkina, du Mali et du Niger remarquent avec grand regret, amertume et grande déception que leur organisation s’éloigne des idéaux de ses pères fondateurs et des idéaux panafricanisme, également.

En outre, la CEDEAO – sous l’emprise de puissances étrangères, violant ses principes fondamentaux – est devenue une menace pour ses États membres et son peuple qui attendaient plutôt de la joie de ceux-ci.
En effet, l’organisation n’a pas apporté d’assistance à nos États dans notre lutte vitale contre le terrorisme et l’insécurité. Pire encore, lorsque nos États ont décidé de contrôler pleinement les choses, la CEDEAO a adopté une approche irrationnelle et inacceptable en imposant des sanctions illégales, illégitimes, inhumaines et irresponsables en violation de ses propres réglementations – rendant ainsi les populations déjà en détresse en raison d’années de violence imposées par des terroristes instrumentalisés et télécommandés – plus encore vulnérable.

Face à cette situation persistante, leurs Excellences – le Capitaine Ibrahim Traoré, le Colonel Assimi Goïta et le Général de brigade Abdourahamane Tiani, respectivement Chef de l’État du Burkina Faso, de la République du Mali et de la République du Niger – assument toutes leurs responsabilités dans l’histoire et répondent aux attentes, aux préoccupations et aux aspirations de leurs les populations – ont décidé, en vertu de leur souveraineté, de retirer leurs pays – Burkina Faso, Mali et Niger – de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, avec effet immédiat.

spot_img

Autres Articles